Le Solar Sound System, c’est une petite révolution sonore. Objet phare du laboratoire atelier 21, récemment installé à Paris, beaucoup de modules ont déjà voyagé dans le monde. L’année dernière, il posait ses basses aux Grands voisins pour une Solar Disco. Mais qui est l’amoureux d’écologie et de musique à l’origine de ce concept ?

Révolte et passion s’entremêlent quand Cédric Carles, créateur du premier Solar Sound System, évoque ses projets. Celui-ci, c’est un système énergétique qui permet de réaliser des performances dans l’espace publique, déconnecté du réseau. Que ce soit pour un événement public ou privé, l’énergie solaire et musculaire donnent le la.

Issus de la génération rave party, cela fait quelques jours déjà que Cédric Carles fête ses 40 ans. Il grandit à Tour, dans les pays de la Loire, ” à côté de Chinon, c’est le pays de Rabelais, des pays festifs et gourmands”. Un oncle qui vend des disques sur les marchés, un autre qui organise des soirées dans des caves de Touraine, pas étonnant que Cédric soit mélomane. Quand on parle musique, ses yeux pétillent. “C’est quand même super, pour les corps et pour l’esprit. C’est un langage commun, entre toutes les nations et toutes les langues”.

Tout petit, Cédric voulait déjà inventer des trucs. Mais jamais de projets commerciaux, philanthropiques, préfère-t-il, “hors de question de faire des projets qui ne servent a rien mais qui gagnent des sous”.

Cédric commence par les Beaux Arts d’Orléans où il obtient un double diplôme en design d’espace et design industriel, mais cela ne répond pas assez aux questions essentielles de nos modes de vie. Alors, dans les années 2000, ils décide de se former à l’université en Suisse, où il suit les cours d’un professeur précurseur sur la question de l’éco-bilan. Passionné, par les énergies et l’éco-conception, il créé un premier laboratoire à Lausanne, l’Atelier2cé, où naîtra le premier Solar Sound System. Aujourd’hui, le module de sonorisation fonctionnant à l’énergie solaire et musculaire a fait le tour du monde. Ces projets solidaires ont fait danser le Brésil, l’Inde, le Cameroun et Haïti. “Maintenant, on se concentre sur Paris, Lausanne et Berlin”, explique Cédric. Ouverte en 2012, l’antenne Parisienne s’offre une escale aux Grands Voisins, dans le XIVème arrondissement. A l’atelier21, il cherche à bousculer les codes, faire travailler des ingénieurs, des artistes et des designers tous ensemble pour raconter de nouvelles histoires et trouver des projets susceptibles de faire avancer les choses dans le bon sens. Dans les trois prochains mois, des antennes s’apprêtent à ouvrir à Berlin, Tel Aviv et San Sebastian.

Ambiance studieuse mais rieuse, dans le local qui déborde. Vélos, plastique, carton, platines, tout s’entasse. Pour les cinq qui travaillent à pleins temps, il n’y a pas de journée type. “Il ne vaut mieux  pas compter ses heures, ni ses week-ends d’ailleurs”, confie Cédric. Mais il garde son objectif en tête : faire évoluer les mentalités autour de la consommation.

“L’énergie, c’est le fil rouge de la question de la soutenabilité de nos modes de vie”. Teeshirt blanc imprimé du logo mi-roue mi-vinyle de Solar Sound System, le Franco-suisse peint le portrait d’une société qui marche sur une corde et n’a aucune conscience de “l’énergie grise”. C’est à dire l’énergie nécessaire à l’élaboration de produits et de services qui représentent 50% de notre consommation annuelle. Pour lui, c’est un réel combat. “On fait face à de gros problèmes de migration, de changements climatiques, d’alimentation en eau, des problèmes énergétiques… Les gens ne conscientisent pas et continuent de vivre leur petite vie comme avant, tant mieux pour eux, moi je ne peux pas.” Alors, c’est peut être avec des projets plus récréatifs,  comme le Solar Sound System, que les gens réaliseront l’ampleur de la transition énergétique.

Conjuguant la musique, la fête et l’éco-responsabilité, le Solar Sound System, c’est un peu Cédric. Et depuis que l’Atelier21 a élu domicile aux Grands Voisins, ils organisent des Solar disco directement sur place… Sur une espèce de brouette, une grosse boîte en fer. La face haute est couverte de panneaux solaires, et quand on ouvre ce “couvercle”, les platines. Deux vélos équipés de génératrices sont reliés au système son, et ça envoie. La sonorisation puissante convient à des événements accueillants jusqu’à 500 curieux. Omar Souleiman, Matt Black, Dj Yellow, ou encore Ben Green se sont essayés aux éco-platines de Cédric. DJ au platines, public aux pédales, soleil au rendez-vous, vous retrouverez la prochaine date pour taper du pied sur le Facebook Solarsoundsystem.

Solarsoundsystem, c’est aussi une radio en ligne : Ecoute-ça !

@ElisaVallon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *